fbpx

« J’ai l’impression d’avoir couru un marathon toute l’année et d’être enfin arrivée au bout. Je me sens fatiguée, mais aussi soulagée. J’ai fait ce que j’avais à faire, je suis sur la bonne voie. »

J’ai tenu ces propos deux fois à deux jours d’intervalle. Je ne pouvais pas vraiment l’expliquer. Il n’y avait pas grand chose de rationnel, rien de logique. C’était juste un ressenti, une intuition. Et si j’ai bien appris quelque chose au cours de l’année qui s’est écoulée, c’est que mon intuition a toujours raison.

::

Ce matin là, j’ai pris mon temps, trainé au lit. Julien était en résidence artistique dans le Cotentin, moi restée à Bruxelles.

Je venais de terminer de méditer lorsque j’ai reçu son appel. Ce n’était pas dans ses habitudes de m’appeler le matin, alors je me suis inquiétée.

« Qu’est-ce qui se passe ? Ça va ? Pourquoi tu m’appelles ? »

Il ne répondait pas assez vite à mon goût. Mon avalanche de questions ne l’aidait pas non plus. Lorsque je me suis enfin tûe pour reprendre mon souffle, j’ai pu entendre le son de sa voix.

« C’est bon. »

Ces mots voulaient tout dire. Ils sonnaient comme une complétion. Oui, j’étais – nous étions arrivés au bout, et nous pouvions passer à une nouvelle étape de notre vie.

::

Au cours de la dernière année, j’ai fini par l’accepter : Bruxelles était mon initiation. Ces cinq années remplies de défis, trop souvent douloureuses à mon goût, et un chemin, mon chemin vers moi-même.

Je n’ai pas aimé vivre ici la plupart du temps. Pas à cause de la ville en elle-même, mais de mon expérience personnelle. Mais j’ai aussi tellement appris, que je ne voudrais pour rien au monde revenir en arrière et faire les choses différemment.

Tout ce que j’ai vécu dans ma vie m’a permis d’apprendre. Les mauvaises expériences comme les bonnes. Et j’ai fini par comprendre que je pourrai effectivement quitter Bruxelles le jour où mon initiation serait terminée, le jour où j’aurais appris tout ce que j’avais à apprendre ici.

Le 22 décembre au matin, l’Univers me confirmait que mon initiation prenait fin, et assise en tailleur dans mon lit, j’acceptais la nouvelle avec une immense gratitude et des larmes de joie à n’en plus finir.

::

« Heureusement que j’avais pas prévu de lancer un programme en janvier ! »
« On va pas pouvoir tourner d’autres vidéos avant un bon moment, du coup. »
« Mon Dieu, il y a tellement de choses à gérer… »
« Ça va prendre combien de temps d’avoir internet ? »
« Mince, mon calendrier de lancements va quand même être un peu chamboulé en fait…»
« Je suis claquée. »

Mon initiation se termine par une transition intense. Un mois à peine pour déménager à 600 kilomètres en changeant de pays, ça promet une expérience très riche. Et ça nécessite de s’adapter.

Je tâche de rester bienveillante envers moi-même.
Je savoure mon retour en France à venir.
J’accepte que tout ne pourra pas se passer comme je l’avais prévu.
Je fais avec les perturbations sans me laisser démonter.
Je trouve du réconfort auprès de ma coach, du cercle dont je fais partie, de mes amies.

Pour le reste, c’est business as usual… Ou presque.
Un peu moins de vidéos pendant quelques temps, un peu plus d’articles, un peu moins de programmes de groupe, un peu plus d’individuel.
Et c’est bien aussi comme ça.

::::

Si tu désires te faire accompagner en 2017, sache que j’ouvre 5 places en individuel pour un démarrage mi-février.
Pour en savoir plus sur mes offres, rends-toi sur cette page : http://joannetatham.fr/coaching

::::

Ton expérience m’intéresse

Comment débute cette année 2017 pour toi ? as-tu déjà vécu des périodes de transitions intenses, des déménagements éclair ? Comment as-tu vécu ces périodes ?