fbpx

Début octobre, je me lançais un nouveau challenge : celui de manger plus sainement, plus équilibré. Je comptais faire une vidéo pour dresser un petit bilan, mais l’informatique n’ayant pas été de mon côté, je retourne au format écrit pour ne pas remettre au lendemain !

Au début du challenge, j’étais surexcitée en regardant les nombreuses recettes qui m’ont été suggérées : il y avait tellement d’options auxquelles je n’avais pas pensé, et tout avait l’air si bon ! Puis, voyant qu’il me manquait certains produits de base, ou tout simplement devant le nombre de possibilités, j’ai “flippé”. “Jamais je ne trouverai l’énergie ! Ça prend quand même du temps de faire tout ça…”
D’un coup, j’étais démoralisée. Mais je me suis accrochée. “Allez, deux mois c’est faisable !”

Je suis donc passée à l’action. J’ai cuisiné le soir. Je me suis même énervée, parce qu’éplucher des légumes, c’est loin d’être amusant. Ça ne prend beaucoup de temps, c’est vrai, mais ça en prend quand même, lorsque j’aimerais me détendre. J’ai grogné un peu. Mais finalement, j’étais fière de moi. Parce que pour une fois, je faisais autre chose, et je savais que ça me faisait du bien. Et je n’étais pas la seule à être contente ! 😉

Cette expérience m’aura appris (ou remémoré) certaines choses :

Se concentrer sur l’objectif caché

Parfois, les étapes intermédiaires ne sont pas amusantes. Parfois même, l’objectif n’est pas particulièrement folichon. Manger sainement, c’est bien. Mais est-ce que c’est excitant ? Non.

En revanche, garder à l’esprit que cela va me permettre d’ajouter un peu de gaité dans mon assiette, de (re)découvrir de nouvelles saveurs, et penser à l’impact positif sur ma santé, c’est déjà autre chose !

Je me suis donc concentrée sur ces aspects. Le week-end est arrivé, j’ai refait des courses, et j’ai essayé de m’amuser sur le chemin en essayant d’autres choses.

Il n’y a pas d’échec, mais des expériences

J’ai fait un smoothie qui ressemblait plutôt à une soupe, et une soupe au potiron qui ressemblait à de la purée. Et c’était délicieux ! Comme quoi, ce qui ressemble parfois à un échec est en fait très loin d’en être un.

J’ai aussi laissé des légumes trop longtemps dans la poële, et fait cuire un gâteau dans un four bien trop chaud. Dans le premier cas, c’était encore mangeable, dans le deuxième, il n’y avait pas grand chose à sauver. C’était dommage, mais pas très grave. Ces expériences ont aussi été l’occasion d’apprendre.

À côté de ça, j’ai réussi à faire des plats qui ressemblaient exactement à ce que je voulais faire (et qui en avaient aussi le goût ;)).

Se cantonner à la norme n’est pas toujours le meilleur choix

Un jour, je me suis retrouvée avec un frigo vide et des placards presque vides à l’exception d’un paquet de pâtes. Aucun légume en vue, et pas la moindre envie de manger des pâtes au beurre. Il m’a fallu de très longues minutes avant de réaliser que j’avais plein de fruits à disposition.

Et pourtant, une petite voix dans ma tête me soufflait que manger des fruits ne constituait pas un vrai repas. Mais qui a décidé ça ?! Je lui ai gentiment demandé de se taire, avant de me régaler des différents fruits qui me faisaient tellement envie.

Tout est une question d’organisation

Comme je le disais plus haut, éplucher des légumes est loin d’être une grande passion, en particulier le soir lorsque je préfèrerais me détendre. J’ai donc au fil du temps commencé à mieux m’organiser. Au lieu de préparer un repas pour deux, prévoir un peu de surplus pour avoir des restes. Au lieu de cuisiner un plat pour tout de suite, en préparer un pour tout de suite, et un autre pour le lendemain. Le tout, principalement le week-end, lorsque j’ai plus de temps devant moi.

Ne pas sous estimer sa créativité

Un frigo et des placards vides, des recettes trouvées sur internet, des ingrédients ajoutés pour compenser la faible quantité d’aliments requis, et voilà ! Ce n’est pas parce qu’on ne réinvente pas la roue que l’on n’est pas créatif.

Bilan

Au final, une expérience très positive (qui n’est bien entendu pas terminée). Je passe beaucoup plus de temps aux fourneaux, surtout le week-end, et j’y prends beaucoup plus de plaisir que je ne l’aurais imaginé.

Bénéfice que je ne m’attendais pas à voir en si peu de temps : ma peau est beaucoup plus lisse lorsque je mange plus de fruits et légumes, et cela a été visible en quelques jours seulement. De la même façon, dès que je n’en mange pas beaucoup, en trois jours des petits boutons réapparaissent.

Autre bénéfice, auquel je ne m’attendais pas même si je ne suis finalement pas surprise : je n’ai pas ressenti une seule fois le besoin d’acheter des gâteaux dans le commerce. Il faut dire que presque tous les week-ends, je fais moi même un gâteau maison… Comment des gâteaux de supermarché pourraient lutter contre ça ? 😉

Encore merci à toutes les personnes qui m’ont communiqué leurs recettes préférées. Je n’ai pas tout testé, mais j’ai tout gardé sous la main !

Photo : Luca Nebuloni