fbpx

Je vais être honnête : en plus d’un mois de déconnexions internet intempestives (jusqu’à 30 par jour* – non, ce n’est pas une faute de frappe), 9 échanges téléphoniques avec mon fournisseur (mobilisant parfois jusqu’à 1h de mon temps, temps d’attente compris), et 5 passages de techniciens, j’ai par moments eu beaucoup de mal à rester zen.

Certes, je suis enceinte, et si les hormones m’affectent peu émotionnellement, le manque de sommeil dû aux pauses pipi nocturnes me rend moins patiente, mais le plus frustrant est le sentiment d’impuissance lorsque personne ne semble capable de (ou décidé à) poser un réel diagnostic sur le problème, que chaque interlocuteur passe par le même script inefficace, et surtout, que personne ne semble m’écouter !

Alors oui, en un peu plus d’un mois, j’ai subi au moins deux insomnies et deux crises de larmes juste à cause de ça. Et crois-moi, ce ne sont pas des réactions excessives : c’est vraiment devenu un job à temps partiel… pour lequel *je* paie ! (sois certaine qu’il y aura un « geste commercial »)

Bref, c’est pénible.

Mais l’autre jour, alors que je préparais la masterclass d’avril pour le Cercle :: Eléments, comme par magie, la réponse à mon problème m’est apparue. Elle s’était déjà manifestée quelques jours plus tôt, de façon intuitive, naturelle, mais là, en détaillant un process pour aider mes clientes, j’ai pu (re)mettre le doigt sur ce que je devais faire intentionnellement dans cette situation (et dans toutes les situations, vraiment).

N’ai-je pas le meilleur métier du monde, connexion internet ou pas ? 

Me souvenir de ça me fait immédiatement basculer de la frustration à la gratitude, d’une énergie basse à une énergie haute.

Pas la peine de chercher à avoir de la gratitude pour la situation actuelle dont tu te passerais bien. Il suffit de trouver une autre raison d’avoir de la gratitude pour changer d’énergie et ne plus ressentir cette lourdeur désagréable…

* autant dire que les visio conférences et Facebook lives deviennent difficiles à honorer dans ces conditions et que les 50Go de mon forfait mobile ont fondu comme neige au soleil…