fbpx

Ça m’est tombé dessus un jour sans que je ne fasse quoi que ce soit de spécial.

C’était un matin tout à fait ordinaire, à cela près que j’avais eu à gérer une affaire administrative dont je n’ai plus le moindre souvenir. À mon retour, alors que je me préparais un thé, un mot s’est imposé à moi comme le chaînon manquant que j’attendais depuis si longtemps.

« Du ». Deux lettres qui pourraient être insignifiantes si elles n’étaient pas si importantes.

Lorsque l’on exerce mon métier, il n’est pas toujours évident de décrire ce que l’on fait en quelques mots seulement, d’une façon qui permette à tou-te-s de comprendre véritablement de quoi l’on parle.

« Coach en Empowerment Féminin » était l’étiquette la plus logique, la plus parlante, la plus simple. Mais au fond de moi, je savais que ce n’était pas pour autant la plus juste. Cela faisait donc plusieurs semaines qu’elle me grattait, cette étiquette, sans pour autant parvenir à mettre le doigt sur la raison… Jusqu’à ce que le chaînon manquant me tombe dessus.

Oui, je veux permettre aux femmes de prendre la place qu’elles désirent & méritent, mais pas n’importe comment.
En confiance, bien entendu. En étant pleinement elles-mêmes, évidemment… mais ce n’est pas juste cela.

Je vois de plus en plus en moi et autour de moi que quelque chose est en train de changer. On ne peut plus opérer dans le monde comme on l’a fait jusqu’ici, et je sais que je ne suis pas la seule à le sentir. Ce n’est pas simplement une question d’identité ; c’est aussi une question d’énergie. Ce que je fais, ce n’est donc pas simplement de permettre aux femmes de prendre leur place ; c’est aussi de permettre à l’énergie féminine d’avoir sa place.

Et s’il faut le préciser : ce n’est pas une bataille. Il n’y a pas d’affrontement. Il ne s’agit pas de chasser les hommes ni l’énergie masculine ; il s’agit de permettre aux femmes et à l’énergie féminine d’exister… pour permettre au masculin ET au féminin de cohabiter.

Et s’il faut le préciser (bis) : l’énergie féminine n’est pas réservée aux femmes, et l’énergie masculine n’est pas réservée aux hommes. On n’opère d’ailleurs que rarement à 100% dans l’une au détriment de l’autre. Je l’observe autour de moi comme je l’observe en moi : je médite, je contemple, j’accueille et guide avec bienveillance et compassion… et dans le même temps, j’accomplis, je fonce, je booste et donne les coups de pieds au derrière nécessaires. A chaque situation peut nécessiter une énergie différente ; pourtant je reste la même, unie.

Cette navigation d’un pôle à l’autre, cette cohabitation est cruciale et représente un défi pour beaucoup de femmes avec lesquelles je travaille, surtout celles qui entreprennent. C’est un peu comme si elles devaient choisir absolument d’oeuvrer dans une énergie masculine tout le temps pour réussir. Comme si le flow interdisait la performance. Comme si l’entrepreneuriat ne laissait pas de place à la douceur.

« Coach en empowerment {du} féminin » n’est pas une étiquette parfaite, mais elle se rapproche un peu plus de ce en quoi je crois, de ce pourquoi je fais ce que je fais.

« Du ». Ce chaînon manquant est le lien indispensable. Pour affirmer le sens de mon travail, lui apporter une autre dimension, en montrer une autre facette… me lier, moi. Il s’est installé il y a quelques semaines, en silence, discrètement, et pourtant, il change beaucoup de choses.

Mon chaînon manquant tient en deux lettres, mais je ne sous estime pas sa force.

 

***

Les portes des inscriptions au Cercle sont toujours ouvertes.

Le Cercle, c’est 3 mois pour vivre selon tes propres termes. Le temps d’une saison, je t’accompagne avec douceur et bienveillance en toi pour mieux créer ce que tu désires autour de toi, à ton rythme. Nous commençons le 21 décembre.

Voici mon invitation : http://joannetatham.fr/lecercle

Le Cercle