fbpx

“Être connectée à soi-même”.  Boarf. Il y a quelques années, j’aurais vu ça comme un truc de hippies, un truc pas sérieux, un truc qui sert à rien.

Je n’aurais pas essayé. Je n’aurais même pas lu ou écouté quoi que ce soit à ce propos.

Aujourd’hui, je connais l’importance d’être connectée à soi-même, et chaque jour, à chaque instant, je la vis.

Non, ce n’est pas un truc de hippie. C’est même un truc très sérieux. Tellement sérieux que je l’utilise dans mon activité au quotidien, et tout particulièrement pour les décisions importantes.

Il y a peu de temps, j’expliquais comment identifier la prochaine étape quand on a la tête dans le guidon. Mais je n’ai pas été tout à fait honnête, je ne vous ai pas tout dit.

J’appuie sur “pause”, oui. Mais pendant cette période, je demande, je médite, et j’attends la réponse.

Ah, ça y est, je vous ai perdues ! Non, je répète, ce n’est pas un truc de hippie.

En fait, les réponses sont en nous 99% du temps. Mais pour une raison qui m’échappe, nous allons systématiquement les chercher en dehors de nous – les amis, la famille… peu importe en fait, tant qu’on demande à quelqu’un d’autre !

La preuve que l’on a toujours la réponse ? Nous ne suivons pas toujours la direction qui nous a pourtant été indiquée (à notre demande !) par les autres. Quelque chose nous dit que “Ouais naaaaan… je vais pas faire ça finalement”.

Demander aux autres, c’est un moyen inconscient de checker ce qu’a à dire notre intuition. Avant, tout est flou, après, la certitude émerge.

Vous me direz “J’ai pas vraiment besoin d’être connectée à moi-même, alors !”. Eh ben si. Parce que parfois, malgré tout, on n’entend pas notre intuition. Mais aussi parce que ça permet de raccourcir le processus, de le simplifier, de le rendre plus fluide.

Aujourd’hui, quand j’ai une décision importante à prendre – et à supposer qu’elle n’implique personne d’autre que moi – j’appuie sur pause, je demande, je médite et j’attends la réponse.

Et quelques heures plus tard, si ce n’est bien plus tôt, je tiens ma réponse : évidente, certaine, sans l’ombre d’un doute.

Comment on fait pour se connecter à soi-même ?

C’est d’une simplicité enfantine : on prend du temps pour soi, on se concentre sur soi, on reste dans l’ici et maintenant, et on écoute.

Répétez l’opération aussi souvent et régulièrement que possible, et vous sentirez la différence.