fbpx

Voici le bilan, en images, de cette dernière semaine (et deux jours !) vers le minimalisme.

Les derniers objets partis

Jour 22

Un sac à main qui a trop longtemps attendu d’être réutilisé. Il le sera sans doute très bientôt, mais pas par moi !

Jour 23

On s’offre parfois des cadeaux moches pour rigoler. Et c’est drôle… 2 minutes. Mais pourquoi ne me suis-je pas donné la peine de m’en débarrasser plus tôt ?

Jour 24

Je peux définitivement dire au revoir à ces chaussures, mises remises et re-remises un grand nombre de fois… mais pas depuis un bon moment !

Jour 25

Cette veste m’a été donnée il y a environ dix ans. Je l’ai beaucoup portée, et avec plaisir, mais pas depuis un an au moins…

Jour 26

Un bracelet en plastoc que je n’ai pas porté depuis des années…

Jour 27

Bye bye petit sac ! Je ne sais même plus quand je t’ai utilisé pour la dernière fois…

Jour 28

Il est temps de me séparer de ce collier, qui commence à être abimé bien que je l’aie peu porté.

Jour 29

Des bracelets assortis que je dois trainer depuis quelques années… Comme tant d’autres objets, je ne peux me souvenir de la dernière fois que je les ai utilisés.

Jour 30

Un autre collier que j’ai peu porté, et pas depuis un bon moment…

Le bilan

Alors au premier abord, se séparer d’un objet par jour peut sembler difficile. J’ai rencontré ce problème dès le cinquième jour : je n’étais plus très sûre de pouvoir y arriver, et je ne savais tout simplement pas où chercher.

Mais la vérité, c’est que les objets inutiles se cachent partout. Absolument partout. Au fond d’un placard ou d’un tiroir, ou même juste sous nos yeux. Le truc, c’est qu’au fil du temps, on ne voit même plus certaines choses.

Pour info, 80% du temps, nous n’utilisons que 20% de notre garde robe. Pas grand chose, n’est-ce pas ?

On est en droit de se demander si c’est utile de conserver autant de choses. Parce que finalement, non seulement on s’encombre inutilement, mais en plus, on se prive d’une certaine liberté.

J’entends par là que par exemple, on est obligé d’avoir suffisamment de place pour pouvoir contenir toutes ces possessions. Et qui dit place, dit argent. Plus vous avez besoin d’un appartement spacieux, plus vous avez besoin de revenus importants, et donc plus vous allez dépendre d’un travail qui ne vous plait pas forcément mais qui vous assure un certain revenu. Ou alors, au lieu de consacrer votre argent à un projet qui vous tient à coeur, comme un voyage par exemple, vous allez investir cet argent dans un grand appartement.

Et bien sûr, plus le nombre de vos possessions est élevé, plus un déménagement deviendra compliqué. De la même façon, vous aurez également du mal à sauter sur une opportunité qui vous conduirait à quitter votre chez vous pour vivre une aventure incroyable ailleurs.

Est-ce que ma vie a changé du tout au tout avec ce challenge ? Non, évidemment ! Il me reste encore beaucoup, beaucoup de choses dont je peux encore me séparer. Et je vais le faire ! Je m’accorde une pause en cette fin d’année, et je me remettrai au travail en 2011.

Ce challenge m’aura montré (et je l’espère, à vous aussi), qu’on peut toujours aller vers plus de simplicité, et ce, très facilement. Après un mois, je ne manque toujours de rien, et l’appartement est loin d’être dépouillé. On peut toujours désencombrer sans pour autant que cela ne bouleverse complètement la vie à laquelle on est habituée.

Alors, seriez-vous prêt à vous lancer ce type de défi ? 😉

Photo : Adam Sporka