fbpx

Depuis que j’ai fait mes premiers pas dans le domaine du développement personnel et de l’entrepreneuriat sur le web il y a environ 10 ans, je n’ai cessé d’entendre encore et encore “Tu as le droit de vouloir plus” (variante : “Tu as le droit d’avoir plus”).

Progressivement, ces encouragements m’ont permis de m’autoriser à me rapprocher de mes toutes premières ambitions, de mes rêves de petite fille.

“Vouloir plus” “Avoir plus”
Ça sonne comme une libération, n’est-ce pas ?
L’abondance, la vraie. Le pouvoir, le vrai.

“Tout est possible” – “Tout est à ta portée”
Quel sentiment de liberté ! 
Quelle puissance, dans ces mots !

Oui, et… dans le même temps, le message véhiculé tend à rendre ce “tout” très uniforme… comme si nous voulions toutes la même chose. Toujours plus de client•e•s, toujours plus d’argent. Le CA à 6 chiffres, vite ! Et viser le million, idéalement.

Des réussites financières presque incroyables, présentées comme une possibilité pour tout·e·s, renvoient une image souvent inédite à des personnes qui n’avaient jamais ne serait-ce que rêvé de tels résultats pour leur vie. Tout à coup, ce ne sont pas seulement les possibilités qui évoluent… c’est le standard qui change, qui passe à un autre niveau.

“Tout est possible ! Tout est à ta portée !”

Je sais : moi aussi je le transmets, ce message. Parce que j’y crois.
Et dans le même temps, la façon dont il nous est généralement transmis (et ce que ça implique)… ce n’est pas forcément juste.

Oui, je crois à ce message, et j’y ai cru précisément tel qu’il m’a été transmis. Dur comme fer. Mais ça n’a pas suffit. Rien n’a changé.
Enfin, si… mais le seul changement que ça a produit dans ma vie a été une insatisfaction croissante.

Mes résultats n’étaient jamais à la hauteur de ce nouveau standard.
Mon business n’était pas à la hauteur de mes ambitions.
Ma vie n’était pas à la hauteur de mes rêves.

Là où d’autres semblaient inspiré·e·s par leurs objectifs, j’étais découragée.

Et puis un jour j’ai réalisé que tout ce que cette promesse d’immenses possibilités faisait, c’était nous faire intégrer un standard qui ne nous appartenait pasnous faire avaler une norme qui n’avait jamais vraiment été la notre et n’avait pas vocation à l’être… (et ce n’est qu’une partie du problème : nous n’avons pas tou·te·s le même background… ni les mêmes privilèges)

J’avais subi, comme tant d’autres, un double conditionnement : d’un côté, la société (capitaliste) nous montre depuis notre plus tendre enfance les signes (extérieurs) d’accomplissement qu’il convient de collectionner, et de l’autre, le milieu du webentrepreneuriat nous dicte ce que nous devrions viser, valoriser, faire et atteindre pour être pris·e·s au sérieux, avoir un vrai business (et non un hobby), et contribuer (variante : ‘“avoir un impact”… autrement dit, “être utile”… utilité qui se mesurerait en chiffres… tiens, ça me rappelle quelque chose !).

Aujourd’hui, alors que je déconstruis (ma grande passion) ma façon de penser, être et accompagner, je comprends à quel point ces promesses sont inadaptées et incohérentes.
D’une part, parce que nous avons tout·e·s des aspirations & besoins différents, et d’autre part, parce que le webentrepreneuriat, qui se voudrait la voie de la liberté, ne fait avec ces promesses, qu’imposer une nouvelle norme.

Alors que faire ? Regagner notre liberté jusque dans nos rêves. Revaloriser d’autres voies, d’autres objectifs.
Questionner les rêves de grandeur comme on questionnerait un “manque d’ambition”, simplement pour mettre le doigt sur sa vérité, et bien sûr sans jugement. 

Revenir à soi. Se déconditionner.

Et toujours garder à l’esprit que : 

Tu as le droit de vouloir peu.
Tu as le droit de valoriser autre chose que l’argent.
Tu as le droit d’avoir besoin de trois fois rien.
Tu as le droit d’avancer lentement.
Tu as le droit d’être satisfaite, pleinement, de ce que tu as déjà.

Tu contribues simplement en étant heureuse d’être là.
Tu contribues simplement en profitant de la vie.
Tu contribues simplement en existant.

Tu n’as rien à faire.

Ta valeur et ta contribution n’ont de lien que si tu le désires/décides.
Ta contribution ne se mesure en chiffres que si tu le désires/décides.

Vouloir/avoir peu n’est pas un échec. 
Ne prends pas leurs promesses pour tes rêves.

::::

Si tu es une solopreneure créative, spirituelle et engagée et que tu souhaites gagner en clarté, oser passer à l’action, dépasser tes peurs, savoir quoi faire/quand/comment,
Que tu souhaites travailler ton positionnement, ta communication en ligne, ta confiance en toi… et toujours avec pour objectif de t’aider à être sereine, solide, visible et alignée,


Je réouvre 2-3 places pour mes accompagnements Whatsapp sur mesure (démarrage à partir du 14 septembre)

Si tu es intéressée, remplis simplement le formulaire (sans engagement) sur cette page et je te recontacterai pour plus de précisions : https://joanne.typeform.com/to/HPeuvA