fbpx

En 2010, j’ai quitté un emploi salarié au sein d’une multinationale américaine après neuf ans de bons et loyaux services. J’ai décidé de partager avec vous mon expérience…

Cet article est la troisième et dernière partie de mon récit. Vous pouvez lire la première partie ici, et la deuxième ici.

Troisième partie : prendre du recul

L’idée initiale

Lorsque j’ai quitté mon emploi, j’avais une idée en tête. Je pensais continuer à pratiquer mon métier, cette fois-ci à mon compte. J’avais neuf ans d’expérience, et j’aimais ce que je faisais…. alors pourquoi pas ?

Bien qu’avant même de quitter mon job, je pensais déjà à la façon dont j’allais mettre en place les choses et comment je pourrais éventuellement évoluer tout en restant dans le domaine du web, je me suis “autorisée” à prendre un peu de temps pour moi avant de passer à l’action. Si j’utilise des guillemets, c’est parce qu’en réalité, il s’agissait plus d’un besoin profond que d’une autorisation que j’ai consenti à me donner. Je sortais de plusieurs mois d’insomnies et de stress, et j’avais besoin de me reconstruire, de me refaire une santé psychologiquement. C’était indispensable avant de pouvoir envisager de passer à la suite.

Durant cette période, j’ai pu vraiment me reposer. J’ai retrouvé le sommeil, et la légèreté de l’esprit. J’avais oublié ce que c’était que de s’endormir sans peine, et je retrouvais enfin ce plaisir simple. Quel bonheur !
Ce temps pour moi, dont je n’avais pas défini la durée, a été extrêmement bénéfique. Libérée de toute contrainte horaire et mentale, j’ai pu observer.

Observer ce vers quoi j’étais attirée.
Observer mes désirs et besoins.
Et me découvrir…

La découverte

Contrairement à ce que à quoi je m’attendais, mon comportement a changé. Je ne passais plus autant de temps à m’intéresser aux réseaux sociaux et aux nouveautés du web. Pour tout dire, je n’y prêtais plus aucune attention, alors que jusque là, j’étais une geek, toujours à l’affût des nouveautés. J’ai cessé de lire des blogs orientés web, passé de moins en moins de temps sur twitter…

Quelle surprise ! Ou plutôt devrais-je dire : quel choc ! Et si le web 2.0 et la création de sites internet ne me passionnaient plus tant que ça ? Dix ans d’amour, de passion, pouvaient-ils s’effacer aussi vite, presque du jour au lendemain ? Il y avait de quoi s’interroger.

Lorsque j’y repense avec un peu de recul, je réalise que j’avais un peu trop “la tête dans le guidon”. J’étais tout simplement focalisée sur ce que je faisais et savais faire, sans jamais chercher à remettre quoi que ce soit en question… Je n’avais pas le temps pour ça !

J’étais devenu un mouton. Mon propre mouton, guidé par un moi passé. Mes passions n’étaient plus tout à fait les mêmes, et je persistais pourtant dans ce sens. Et, ironie du “sort”, je revenais à ma première passion, celle que j’avais quitté pour le web : l’humain.

La décision

Pas question pour moi à ce moment de ma vie de reprendre mes études de psychologie : mes souvenirs étaient remplis de frustrations liées à l’absence de pratique. Je me suis donc orientée vers le coaching et ai suivi une formation théorique et pratique. C’était tout simplement merveilleux. Je n’avais pas connu une telle excitation depuis si longtemps ! J’ai tant appris sur l’humain, et sur moi-même…

Bien sûr, faire un virage tel que celui-ci était un pari risqué, crise ou pas. Ma situation est moins sécurisante que lorsque j’étais salariée, et j’ai dû faire des concessions. Mais je ne regrette pas ce choix le moins du monde. Au cours de ma formation, j’ai rencontré des gens d’univers différents, et dès l’instant où j’ai commencé à travailler avec mes premiers coachés, j’ai eu la certitude d’avoir pris la bonne décision.

Aujourd’hui, mon travail a un véritable sens pour moi, et j’ai la chance immense d’être également utile aux autres. Ne n’aurais pas rêvé mieux…

Votre avis m’intéresse !

Mon récit est cette fois terminé, et je vous donne la parole à nouveau 🙂
Avez-vous déjà quitté un emploi stable ? Qu’est-ce qui vous y a poussé et comment avez-vous géré la suite ? Avez-vous effectué une reconversion professionnelle ?
Que cet article vous inspire quelques réflexions ou vous rappelle des souvenirs, je serais ravie de lire vos commentaires !

Photo : Jacob Bøtter