Blog

Ce qu’il te faut pour te remettre sur les rails

Ce qu’il te faut pour te remettre sur les rails

Tu ne le savais sans doute pas, mais… a  priori, j’étais mal partie pour devenir une entrepreneure.

D’ailleurs, pour être honnête, j’étais mal partie pour beaucoup de choses : quitter le salariat, créer mon activité, trouver un sens à ma vie, découvrir ce pour quoi j’avais du talent, contribuer au monde, savoir ce que j’avais envie de faire, être sereine, heureuse, optimiste…

J’étais peureuse.
J’étais perdue.
Je ne savais pas à quoi je servais.
Je ne savais pas à quoi j’étais bonne.
Je me pensais bonne à rien.
Je me pensais moyennement utile (les jours où j’étais sympa avec moi-même).
Je ne savais pas ce que j’aimais ni ce que je voulais faire de ma vie.
J’étais stressée.
J’étais triste.
Je m’ennuyais.
J’étais insatisfaite.

Ma vie se résumait à faire en sorte que mon quotidien soit supportable, avec quelques moments très agréables histoire de compenser les moments qui l’étaient beaucoup moins (et qui étaient, malheureusement, beaucoup plus nombreux).

Troubles anxieux, dépressions à répétition, stress post-traumatique… je n’avais aucun contrôle sur rien et je pensais que ma vie allait être merdique jusqu’au bout.

Vraiment, je pensais que je ne serais probablement pas heureuse, et que le bonheur, ce n’était pas pour moi.

Pourtant, j’ai posé des actes. J’ai mis en place des tas de choses pour donner une autre tournure à ma vie. Malheureusement, rien ne tenait sur la durée…

Quand je fais avance rapide sur ces dix à quinze dernières années (j’ai trente-six ans au moment où j’écris ces lignes), je suis épatée.

Moi qui avais peur de tout, à commencer par sortir de ma zone de confort, je suis devenue courageuse.
Moi qui ne savais pas où aller, j’ai une belle et grande vision qui me motive chaque jour, et je suis, clairement, animée.
Moi qui stressais pour un rien au point de m’en rendre physiquement malade et de craquer régulièrement, je suis, face à la plupart des évènements du quotidien, super zen.

Wow, c’était tellement pas gagné ! J’ai tant de fois constaté que mes efforts avaient été réduits à néant par la vie/le quotidien/le métro-boulot-dodo que je n’aurais jamais pensé pouvoir dire un jour que :

Oui, j’ai repris le contrôle de ma vie.

Si j’en parle aujourd’hui, c’est d’une part parce que la période de l’année est parfaite pour observer les progrès que l’on a pu faire, mais aussi parce que…

Je vois beaucoup d’entrepreneures connaître le même type de difficulté :

elles posent des actes pour faire le ménage dans leur agenda, mieux gérer leur temps, être plus efficaces, avoir un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle… et au bout de quelques temps, il ne reste plus rien.

Quand j’observe mon vécu, mon ressenti et mon évolution ces dix dernières années, je vois clairement des éléments qui peuvent s’appliquer à d’autres domaines (comme ceux que j’aborde avec mes clientes).

Alors comment j’ai fait pour passer de l’insatisfaction chronique, ce sentiment de n’aller nulle part, de n’arriver à rien, d’avoir peur de tout, de ne pas oser à… tout l’inverse en fait ?

1. Je me suis fait aider. Plus d’une fois.

Par des psys, des livres, des formations, des coachs…

2. J’ai arrêté de chercher le bonheur, l’accomplissement et la validation à l’extérieur de moi… 

…en faisant tout un travail de développement personnel.

3. J’ai arrêté de chercher à être parfaite et j’ai apprécié le chemin.

La perfection ne mène qu’à la procrastination, aux projets qui meurent avant de voir le jour, et au stress inutile. Donner naissance à un projet imparfait laisse de la place à l’amélioration !

Et surtout, le plus important pour permettre à mes efforts de porter leurs fruits sur le long terme :

4. J’ai créé ma boîte à outils de trucs qui me sauvent la vie.

Vraiment. Des outils simples mais efficaces qui, mon expérience me l’a prouvé, fonctionnent à tous les coups… Pour moi.

Parmi eux, il y a des outils qui m’ont été conseillés parce qu’ils fonctionnaient pour d’autres bien sûr. Il y a ceux qu’on a conseillés et que j’ai transformés. Et il y a ceux que j’ai découverts toute seule.

Pour t’aider à comprendre : tu te souviens de ton premier appart, quand tu as quitté le domicile familial ?

– Au début, on t’a peut-être donné deux-trois éléments de base pour la maison : un marteau et un tournevis par exemple… Pour compléter le tout, tu en as acheté d’autres dont tu connaissais l’importance.

– Et puis un jour, un truc s’est cassé dans l’appart, et tu t’es rendue compte qu’il te manquait un tournevis d’une taille bien précise pour pouvoir le réparer. Tu l’as donc acheté, et tu ne regrettes pas parce que tu en as eu besoin plusieurs fois ! L’avantage, c’est que maintenant, non seulement tu gagnes du temps parce que tu as l’outil sous la main, mais en plus, tu sais de mieux en plus t’en servir !

Eh bien là, c’est la même chose. La vie passe, les évènements se produisent, un obstacle se dresse, on trouve l’outil parfait pour résoudre le problème et on le garde bien précieusement. Et on va, de cette façon, remplir progressivement la boîte à outils… d’outils qu’on va maitriser de plus en plus. Tu vois l’idée ?

Concrètement, ces outils me permettent de me remettre sur les rails à chaque fois que je dévie, et ce, quel que soit le domaine (dans mon business, dans ma vie en général, ma santé, mes relations, etc…) :

Quand je n’arrive pas à me mettre à bosser par exemple, je sais qu’il me suffit de passer à la technique pomodoro.
Quand je manque de confiance en moi, je sais qu’il me suffit d’adopter la posture de Wonder Woman pour être reboostée super vite.
…entre autres !

Clairement, c’est ce que a fait la plus grosse différence dans ma vie : savoir quoi faire quand je glisse.

Le truc, c’est que j’ai mis des années à réaliser que j’avais une boîte à outils… du coup je ne l’utilisais qu’à moitié. Peut-être que toi aussi ? Mais hé ! Il n’est jamais trop tard, la preuve ! 😉

Ta mission, si tu l’acceptes :

Est-ce que tu as, toi aussi, une boîte à outils ? Dis-moi tout ça dans les commentaires !
+ Si oui, partage-nous 1 ou 2 de tes outils !