fbpx

Après l’appartement parisien comprenant un petit bureau à partager (que j’avais fini par ne plus utiliser), puis le grand appartement bruxellois comprenant deux grands espaces de travail séparés, je vis de nouveau dans un espace un peu plus restreint… cette fois, sans pièce réservée au travail. Au delà des bénéfices que j’ai trouvés à vivre dans un appartement plus petit lors d’un cheminement minimaliste (et sur lesquels je reviendrai sans doute), je découvre cette fois les bienfaits de l’absence de bureau… la pièce, bien sûr, mais aussi le meuble !

Jusqu’ici, j’avais toujours considéré qu’il m’était important d’avoir un espace de travail bien défini et bien à moi. Cela m’était indispensable pour mieux me concentrer et mieux cloisonner travail et vie personnelle. Du moins, en théorie.

Dans les faits, je me suis vite rendue compte que travailler seule dans une pièce isolée du reste de l’appartement me permettait également de procrastiner avec plus d’aisance entre deux clients. Pas de regard extérieur, personne qui travaille assidument à côté de moi pendant que je me tourne les pouces… et donc, moins de culpabilité ! La stricte séparation entre vie personnelle et vie professionnelle était du même coup illusoire :  je pouvais errer sur internet sans problème, mais également regarder une série en plein milieu de la journée. Il n’y a aucun mal à cela, et l’avantage de maitriser son emploi du temps est bien de ne pas devoir se cantonner à travailler du lundi au vendredi de 9H à 18H si ce rythme ne nous convient pas, mais dès lors que l’on commence à faire au bureau ce que l’on ferait normalement pour se détendre dans son canapé, c’est bien qu’une limite devient de plus en plus floue (d’autant que je ne compte pas les fois où j’ai également déjeuné à mon bureau).

Aujourd’hui, donc, je n’ai plus de bureau à moi. Plus du tout. Pas de pièce, pas de meuble (mais je triche un peu). Mon mari et moi avons réussi à trouver un équilibre qui nous convient bien actuellement. Je travaille en partie à la maison, et en partie à l’extérieur (il m’arrive même de ne pas avoir besoin de mon ordinateur ; mon smartphone me suffit pour certaines tâches, quitte à affiner mon travail par la suite : vive la mobilité !). Lorsque je travaille à la maison, la plupart du temps, je travaille depuis mon canapé, que je sois dessus (ordinateur sur les genoux), ou devant (ordinateur sur la table basse). Mon mari a quant à lui a un coin bureau dans le salon, qui lui est plus nécessaire qu’à moi en raison d’un matériel difficilement portable, bureau que je peux utiliser en son absence… ce que je ne fais jamais en pratique.

Concrètement, dans cette nouvelle configuration :
je procrastine beaucoup, beaucoup moins (je vais avoir un peu plus de scrupules à glander pendant que mon mari travaille sous mes yeux)
j’accumule nettement moins de papiers (plus on a de place, plus il est facile d’accumuler)
je me sens plus libre (l’absence de bureau, des fournitures qui vont souvent avec et des papiers m’ont poussée à revoir légèrement mon organisation quotidienne pour la rendre plus mobile ; hors rendez-vous, je peux vraiment travailler de partout)

Face à ce constat, je ne peux qu’être conquise ! Je ne dis pas que je ne retournerai pas à une configuration plus classique à l’avenir, mais pour l’instant, ça me va bien !

Votre témoignage m’intéresse !

Et vous, avez-vous un bureau ? Quels avantages et quels inconvénients y trouvez-vous ?

N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires ! 🙂
Photo : Johan Larsson