fbpx

Je serais bien incapable de vous dire combien de fois au cours de ma vie j’ai pu dire que je ne me sentais pas à ma place, ou que je ne trouvais pas ma place. Probablement des dizaines de fois à l’adolescence, si ce n’est plus ! Ce sentiment de ne pas être au bon endroit et la recherche de l’environnement dans lequel je pourrais enfin l’être m’ont habitée pendant plusieurs années. Je ne vous cache pas qu’il ne s’agit pas des années les plus fun de ma vie, même si ça n’occupait pas non plus mon esprit en permanence.

Avec le recul, je réalise à quel point j’ai pu me prendre la tête pour pas grand chose… Loin de moi l’idée de minimiser ce sentiment désagréable, ce mal-être que l’on connait quand on est dans ce cas. C’est très désagréable. Et sur le moment, on ne voit pas vraiment ce qu’on pourrait faire pour que ça change.

Mais un jour, j’ai compris quelque chose d’important, qui a changé ma perspective sur le sujet : ce n’était pas une histoire de lieu. Peu importe je me trouvais, peu importe avec qui je me trouvais, je ne me sentais jamais tout à fait à ma place. Les conditions extérieures avaient beau changer, mon sentiment, lui, ne changeait pas réellement. J’en suis arrivée à la conclusion que finalement, se sentir à sa place, c’est avant tout à l’intérieur que ça se passe.

C’est une prise de conscience importante, mais qui ne règle pas tout. J’y ai réfléchi, un peu, beaucoup… J’ai eu des idées sur la question… mais c’est cet été que c’est devenu parfaitement clair.

Alors que je dégustais mon déjeuner face au cirque de Gavarnie, j’ai été frappée par une évidence : 

C’était une idée qui m’avait déjà traversé l’esprit bien entendu, mais observer roche, fleurs, arbres et cascade cohabiter de façon aussi harmonieuse et naturelle à achevé de m’en convaincre.

Nous pouvons tou-te-s cohabiter avec le monde qui nous entoure sans nous faire écraser.
Nous sommes tou-te-s légitimes.
Nous avons tou-te-s droit à notre place au soleil.

Et nous n’avons pas grand chose à faire pour ça… juste à être nous-mêmeCar nous sommes tou-te-s parfait-e-s comme nous sommes.

Vous pourriez objecter que ce n’est pas si facile, que la société, les obligations, le contexte dans lequel on vit etc… ne permettent pas toujours de faire ce que l’on veut, de se développer ou d’être pleinement soi-même. Et je ne vous contredirai pas.

Oui, se débarrasser des conditionnements qui nous ont été imposés à un stade ou un autre de notre vie n’est pas une tâche facile.
Non, nous ne partons pas tou-te-s avec les mêmes “chances” dans la vie. Mais c’est possible.

C’est à la fois un travail individuel, et un travail collectif. Et le meilleur moyen de changer le monde, c’est de changer soi-même.

Alors commençons par habiter pleinement la place que nous occupons déjà. En tant que nous, le vrai nous.

Pour trouver votre place, commencez par vous trouver

Votre mission, si vous l’acceptez

Trouvez un domaine, une activité, une situation dans laquelle vous avez le sentiment de ne pas être pleinement vous-même.
Que pourriez-vous faire pour l’être un peu plus ? Choisissez un petit pas, une petite action que vous pourrez mettre en place dans la semaine à venir.

Partagez dans les commentaires ce que vous avez décidé de faire !

Photo : Joanne Tatham (instagram)