Blog

“Tu serais pas enceinte ?” est le nouveau “T’as tes règles ou quoi ?”

“Tu serais pas enceinte ?” est le nouveau “T’as tes règles ou quoi ?”

Ça fait des années que je n’ai plus droit au fameux « Ben t’as tes règles ou quoi ? » lorsque je suis de mauvaise humeur. Heureusement, d’ailleurs : ça a le don de vraiment m’énerver.

En revanche, j’ai régulièrement droit, plusieurs fois par an, et déjà 3 fois cette année (c’est à dire 3 fois en 15 jours), à quelque chose du genre « Tiens, tu ne serais pas enceinte ? ». Et je crois que ça m’énerve encore plus.

Depuis l’âge de 30 ans, je remarque une sorte d’obsession grandissante pour la grossesse. Du moins, la mienne.

Probablement parce qu’à partir de 30 ans, on est censée y penser.
Probablement aussi parce que je me suis mariée à 30 ans (et un jour), et que ce serait une suite logique.
Probablement parce que ça fait 8 ans que j’ai 30 ans et que la date de péremption approche.

Ce qui est amusant, c’est qu’il semble que quoi que je fasse, quoi que je raconte de moi ou de ma vie, on est en droit de se demander si je suis enceinte… et surtout de me le demander directement.

Le plus étonnant, c’est que ça dépasse très largement les frontières de la famille ou des ami-e-s.
« On » suppose régulièrement que je suis enceinte, et « on » vient m’en parler.

Lorsque je commence à parler d’un projet naissant,
Lorsque je vis le plus beau jour de ma vie d’entrepreneure,
Lorsque j’ai la nausée ou que je suis fatiguée,
Lorsque je prends quelques kilos ou que je prends des seins (les deux allant généralement ensemble),
Lorsque j’ai envie de manger quelque chose de particulier…

…et je pourrais certainement en trouver d’autres.

Alors oui, je partage énormément de ma vie sur internet. Ça fait même partie de mon métier, de partager ce que je vis, ce que je ressens, ce que je pense. Si ce n’était pas le cas, je recevrais probablement moins de remarques de ce genre.

Quand bien même, je trouve ça déplacé.

Parce que si vous avez l’impression que je vous raconte toute ma vie, entre mes articles, mes photos et stories, en réalité, vous ne savez que ce que je veux bien vous dire, et que ce qui ne concerne que moi.

Sachez-le : vous n’avez probablement connaissance que de 20% de ma vie. Et sur ces 20%, à peine 20% contiennent de vrais détails… Autant dire que ce n’est pas grand chose.

Et je trouve ça déplacé de me parler de ma potentielle grossesse à tout va, surtout lorsque l’on ne se connait pas ou très peu, de très loin.

Comment se fait-il que vous considériez par défaut que je veux un enfant, ou que je serais heureuse d’être enceinte maintenant ?
Comment se fait-il que vous n’imaginiez pas une seconde que je ne puisse pas concevoir ? Que mon mari & moi-même puissions essayer depuis des années sans succès ?
Comment se fait-il que jamais vous ne vous soyez dit que j’avais peut-être déjà perdu un bébé ?

Je pose ces questions sans attendre de réponse. Ce n’est pas important.

J’aimerais juste qu’à l’avenir, lorsque vous vous dites qu’une femme est peut-être enceinte, vous vous posiez ces questions. Et que vous vous interrogiez sur la nécessité d’aller lui poser la question.

Qui sait, peut-être que vous pourriez simplement avoir confiance dans le fait que si elle est effectivement enceinte, vous le saurez quand elle aura envie que vous le sachiez ?

(je pars du principe que vous êtes bienveillant-e-s et que vous ne cherchez pas à remuer le couteau dans la plaie d’une femme potentiellement en souffrance)

Oh et, avant de recevoir des messages affolés : je n’ai pas dit que ces choses là sont vraies pour moi. Je ne dis pas qu’elles sont fausses.

Je dis que je suis choquée que tant de personnes semblent ne jamais y penser… au delà du caractère potentiellement intrusif de ces questions.

Vous savez exactement ce que je veux que vous sachiez de moi.
Et oui, vous avez parfaitement le droit de penser et d’imaginer ce que vous voulez à mon propos.

Mais puisque je parle souvent de l’importance de poser ses limites, c’est moi, là, posant mes limites : je vous demande de ne plus me poser ces questions. (et je vous recommande de vous abstenir avec les autres femmes, ou du moins d’y réfléchir sérieusement en amont, voire de vous mettre à la place de l’autre, au cas où)

Merci.

PS : Je ne cherche pas à débattre, à excuser… ce n’est pas l’objectif ici. J’exprime simplement une incompréhension et formule une demande, dans l’espoir de faire réfléchir et de pourquoi pas d’initier un changement de comportement. 

 

 

Commentaires

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CommentLuv badge