fbpx

Il y a quelques semaines, en discutant avec des amis autour d’un verre, la conversation s’est tournée vers les lieux de vie. Deux d’entre eux vivaient en colocation et ont pointé du doigt quelque chose d’intéressant : ils avaient tous deux réalisé que lorsqu’ils vivaient seuls, ils ne prêtaient pas attention au désordre et le laissaient s’installer petit à petit… tandis que vivant en communauté, ils ne laissaient jamais rien trainer dans l’appartement, exception faite de leur chambre.

Pour moi qui suis une grande bordélique devant l’éternel (alors même que ce bordel me stresse ou m’énerve la plupart du temps – quel joli paradoxe !), cela a résonné immédiatement en moi. Et si je faisais comme si je vivais en colocation ? Et si, au lieu de semer mes affaires un peu partout, je considérais l’appartement entier comme un lieu à partager, pour ne laisser qu’un espace restreint pour laisser s’exprimer le désordre (car parfois, oui, il est important pour moi !).

Une technique intéressante à tester, donc… qui pourrait, comme tant d’autres, ne pas fonctionner pour tout le monde (et plus encore pour celles et ceux qui vivent seuls). Alors si cela ne fonctionne pas, y aurait-il d’autres “faire comme si” susceptibles de fonctionner ?

Faire comme si…

– vous pouviez ne pas rentrer seul-e ce soir ? (celle-ci m’a été soufflée)
– n’importe qui pouvait se pointer à l’improviste ? (lorsque je vivais seule, le moyen le plus efficace de me faire faire le ménage et le rangement était la perspective d’une visite de ma mère !)
– votre appartement n’était pas un tout, mais plusieurs studios, chacun devant être suffisamment bien ordonné pour être vivable ?
– vous pouviez partir en vacances ou en week-end improvisé demain (c’est tout de même plus agréable de rentrer dans un chez-soi ordonné…)
– …

Votre avis m’intéresse !

Cette liste est bien évidemment loin d’être exhaustive, et est, par contre, complètement subjective. J’adorerais la compléter… avec votre aide. Voyez-vous d’autres choses ? Quel scénario vous aiderait, vous, à être moins bordélique ?

Partagez votre expérience et vos idées dans les commentaires !

Photo : Joanne Tatham