fbpx

Vous est-il déjà arrivé d’être comme paralysé-e par des émotions négatives qui ne vous appartiennent pas ? Je vous livre en vidéo un processus en 3 étapes pour vous aider à dépasser ce stade rapidement :

Version texte :

Lorsqu’on a un objectif clair, et qu’on y travaille, qu’on pose des actes concrets dans cette direction, on a besoin d’être dans un certain état d’esprit, d’évoluer dans un environnement qui nous soutient véritablement.

Cela nous permet de rester sur les rails, de rester sur cette bonne lancée, d’être efficace, et donc d’avancer mieux, et plus vite.

Mais si la vie était un long fleuve tranquille, ça se saurait. Les problèmes peuvent nous tomber dessus à n’importe quel moment : une nouvelle qui remet tout ce que l’on fait en question, un évènement qui nous pousse à revoir nos plans… bref, de quoi être démoralisé.

Parfois, c’est encore autre chose qui nous frappe : l’énergie que les autres nous envoient. Ceux qui remettent en question notre capacité à réussir, ou encore ceux qui se plaignent, sont négatifs, et pessimistes.

Toutes ces choses, à différents niveaux selon les personnes, ont un impact direct sur vous. A tel point que vous pouvez vous retrouver pollué-e d’un point de vue énergétique, et paralysé-e dans vos actions !

Terminé le rythme de croisière, adieu l’efficacité. C’est la page blanche. Le vide. Vous êtes sur « pause ».

Bien sûr, vous savez pour l’avoir déjà vécu que cela ne dure pas. Mais en attendant que vous quittiez cet état, le monde ne s’arrête pas de tourner, et vous avez des choses à faire.

Alors que faire lorsque vos émotions vous paralysent ?

1. Exprimez 

Sortez, allez dans un parc ou dans la forêt. Si vous ne pouvez pas le faire ou si vous n’en avez pas envie, isolez-vous dans une pièce, et faites sortir toutes les émotions qui ne demandent qu’à sortir.

Criez, pleurez, grognez. Peu importe ce que vous faites, laissez vos émotions s’exprimer. Laissez vos émotions sortir !

Tant que vous aurez ce noeud dans la gorge, cette douleur dans le ventre ou cette sensation d’oppression au niveau du coeur, vous n’arriverez à rien. Laissez donc vos émotions quitter votre corps.

2. Formulez

Ok, à présent que vos émotions sont sorties, et que leur impact sur votre corps s’estompe, prenez le temps de formuler ce que vous ressent(i)ez. Pourquoi ressentiez-vous cette douleur sourde, pourquoi étiez-vous paralysé-e ? Étiez-vous simplement triste ? En colère ? Déçu-e ? Vers qui ces émotions étaient-elles tournées ? Vous-même ? Quelqu’un d’autre ? Pourquoi ? Qu’est-ce que cette situation, ces circonstances, réveillent en vous ?

Prenez vraiment de le noter : vous avez à portée de main des éléments clés à travailler. N’oubliez pas que vos réactions ne sont bien souvent pas liées aux autres, mais à vous et uniquement vous : vos failles, vos expériences passées, etc. Notez ce qui monte en vous, et vous saurez sur quels aspects vous devriez travailler. Travailler sur ces points ultérieurement vous permettra de ne pas réagir de la même façon lorsque vous vous retrouverez dans une situation similaire.

3. Agissez 

Faites une chose sur laquelle vous avez tout contrôle et qui vous permet de vous sentir mieux. Il peut s’agir de n’importe quoi, du moment que ça ne vous demande pas trop d’investissement émotionnel ou intellectuel. Pourquoi ? Parce qu’après avoir laissé vos émotions s’exprimer et après avoir fait un petit travail d’introspection, vous n’êtes certainement pas dans les meilleures conditions pour accomplir de grandes choses : vous n’êtes pas complètement remis-e de vos émotions !

Assurez-vous donc de faire de petites choses que vous allez forcément réussir : faire le ménage, du rangement, ou contacter un-e partenaire pour relancer un projet commun…

L’idée est de vous permettre de vous dire à la fin de la journée « Bon, cette journée ne s’est pas passée comme je le voulais, mais j’ai quand même fait X, Y et Z » au lieu de vous lamenter sur votre sort parce que vous n’avez rien fait de tout ce que vous aviez prévu de faire !

Votre mission, si vous l’acceptez

Partagez dans les commentaires votre expérience : vous arrive-t-il souvent de vous retrouver paralysé-e par vos émotions ? Que faites-vous dans ce cas ?