fbpx

Faites de vos défauts vos plus grandes qualités

par | 11 commentaires

Je pleure pour un rien. Quand je suis triste, évidemment. Mais aussi quand je suis SUPER heureuse.

On peut me mettre dans la case des émotives, des sensibles. Des très-émotives-très-sensibles, même.

Et j’ai longtemps détesté ce trait de ma personnalité. Vraiment. Profondément. J’avais envie de le taper, même, ce trait de personnalité. Sérieusement ! Si j’avais pu, je l’aurais fait !

Pourquoi ? Parce qu’être sensible à ce point ça peut vouloir dire…

– Ne pas contrôler ses émotions. Quand elle est là, bonne ou mauvaise, elle est vraiment là. Elle n’est même plus en nous, on est dedans (l’émotion).

– Pleurer à tous les mariages, y compris quand on connait à peine les mariés.

– Se sentir ridicule plusieurs fois par an, à pleurer de joie pour des choses dont la plupart des gens se moquent.

– Absorber toutes les émotions des autres comme une éponge. Et non, il n’y a pas que les émotions négatives qui sont problématiques : les émotions positives des autres peuvent aussi être épuisantes.

Donc pendant des années, j’ai détesté cette partie de moi. Mais c’était surtout parce qu’elle prenait trop place et me possédait totalement.

Et puis un jour, j’ai regardé les choses sous un autre angle (c’est ma spécialité, ça, regarder les choses sous un autre angle ; je vous le recommande, ça change vraiment la vie !). Et j’ai découvert que…

Parce que je suis sensible à ce point :

– Je peux à peu près ressentir ce que les autres ressentent, et donc, mieux les comprendre. (vous noterez le « A peu près » :  je ne suis pas non plus dans le coeur des gens)

– Je suis tellement, sincèrement, profondément pleine de gratitude pour les bonnes choses qui m’arrivent. (Si c’est pas la clé du bonheur, ça, je connais rien à rien !)

– Vous pouvez avoir la certitude que je suis vraiment là, vraiment présente lorsque vous partagez avec moi vos émotions.

Évidemment, apprécier les côtés positifs de ce que j’ai longtemps considéré comme un défaut, ça ne s’est pas fait en un jour. J’ai dû apprendre à réagir quand les émotions devenaient trop polluantes pour moi, mais aussi à me protéger des énergies envahissantes des autres.

J’ai dû dompter ce trait de ma personnalité avec le fouet invisible de ma détermination.

Mais une fois que je l’ai fait, j’ai réalisé que cela participait à faire de moi une bonne amie, et une bonne coach. Parce que je peux donner des coups de pieds au derrière, sans malmener les émotions des autres. Et ça, franchement, c’est plutôt génial.

Et vous savez quoi ? Je suis sûre que vous aussi, vous avez un défaut, qui n’en est pas un en réalité. Et que vous aussi, vous pouvez le dompter. Et en faire un atout en béton armé. Ça vous dit d’essayer ?

Votre mission, si vous l’acceptez

Examinez ce que vous considérez comme des défauts chez vous, ou plus largement les traits de caractères que vous n’appréciez pas en vous.

Regardez les choses sous un autre angle :

Quel(s) aspect(s) positifs ces traits de caractères pourraient-ils avoir ?
Ne vous servent-ils pas à quelque chose ? A moins que cela ne soit utile aux autres ?
N’avez-vous pas dû développer des capacités particulières grâce ou à cause de ce(s) trait(s) ?

Apaisée, Reconnectée & Inspirée

Tu entres – ou souhaites entrer – dans une nouvelle saison de ta vie/ton activité et…
Tu souhaiterais te sentir sereine, solide et alignée ?
Tu ressens le besoin d’apporter plus de calme dans ton quotidien ?
Tu aimerais te reconnecter simplement à toi-même & à tes désirs ?
Tu te sens appelée à t’appuyer sur les énergies qui t’entourent pour (re)trouver et honorer ton flow ?

…Cette Expérience en ligne a été conçue pour toi !

À propos de Joanne Tatham

À propos de Joanne Tatham

Rédactrice Web et Consultante en stratégie de contenu, Joanne aide les entreprises à augmenter leur visibilité sur les moteurs de recherche à long terme grâce à des contenus web optimisés.

Coach en Communication Digitale et en Développement Personnel, elle aide également les entrepreneures solo, créatives passionnées, artistes engagées, et accompagnantes investies à déployer leur présence en ligne et à faire face aux challenges de l’entrepreneuriat avec plus de sérénité.

Amatrice de simplicité, elle est également l’auteure du livre « J’arrête le superflu ! » (éditions Eyrolles).

Pour en savoir plus à propos de Joanne, clique ici »

 

11 Commentaires

  1. jocelyne

    Bonsoir, Je suis têtue et entêtée, mais comment ne pas être entêter quand on sait que l’on a raison ? Et bien c’est très simple : l’on me disait -en t’est têtue un !!! J’ai fini par dire – oui peut-être que tu as raison ? Et parce que je posai cette réflexion, les gens se sont mis à réfléchir et à trouver qui avait raison. Et quelque part ça fait du bien d’être reconnue pour ce que l’on sait et non pas parce que l’on a décidé de ce que vous êtes.

    Réponse
    • Joanne Tatham

      J’adore ta dernière phrase Jocelyne, c’est très vrai ! 🙂

      Réponse
  2. Lily

    Article très inspirant. Alors pour répondre aux questions, tout comme toi je suis quelqu’un de très sensible, ce qui me vaut de faire des grands 8 émotionnels, mais d’un coté positif, de m’émervéller facilement du monde qui m’entoure, et d’arriver à cerner les gens très facilement. Un autre grand défaut c’est ma paresse et ma procrastination. Si je devais le voir comme une qualité c’est que j’arrive facilement à me déconnecter, à lacher prise, ce qui est une qualité quand on essaye de travailler sur soi, car j’ai l’impression que beaucoup de gens ont du mal à se centrer sur eux, à ralentir à paresser. Après bien sur ça me joue des tours dans la vie, mais il est également vrai que pour les choses qui me motive vraiment, la paresse n’est jamais là, et je suis limite « hyper active » donc cette paresse peut être une sorte de guide à ce qui m’inspire, ce qui m’épanoui.
    Merci encore pour ton inspiration, qui me guide beaucoup dans mon cheminement actuel.

    Réponse
    • Joanne Tatham

      Avec plaisir Lily 🙂
      Pendant longtemps j’ai également pensé que j’étais paresseuse… Mais devine quoi ? Je n’ai jamais autant travaillé de façon intensive que depuis que j’ai suivi ma vocation !
      De la même façon, je pensais que j’étais la reine de la procrastination, et finalement, je réalise aussi que je travaille mieux sous pression, parce que j’ai tendance à être perfectionniste : donner trop de temps à une perfectionniste, et elle ne le rendra jamais à l’avance ! 😉

      Réponse
  3. Ophélie

    Bonjour,:-)
    Je saute en l’air quand quelqu’un me raconte une histoire de vie dramatique pour ensuite me dire mais non finalement faut faire avec c’est pas si grave… J’ai vraiment de la peine a accepter que les autres puissent ainsi baisser les bras face à leurs difficultés. Le point positif, je vois que ça me renvoie aussi à entre dans l’acceptation de mes propres difficultés, et que cette étape est nécessaire pour ensuite aller de l’avant !

    Réponse
    • Joanne Tatham

      Belle source d’apprentissage que l’analyse de nos réactions, Ophélie !

      Réponse
  4. Elisa

    Merci beaucoup pour ce partage! Pour répondre aux questions, ce que je déteste le plus en moi, c’est le fait que j’ai toujours peur de tout et de tout le monde et cela m’empêche d’avancer, notamment dans ma vie professionnelle. Le point positif c’est que je ne fais pas n’importe quoi grâce à cette peur et j’ai souvent échappé à de nombreux problèmes grâce à cela!

    Réponse
  5. Morgane

    Bonjour Joanne, il faudra qu’on se rencontre et qu’on pleure ensemble ! Crois-moi, ça fait du bien de savoir que l’on n’est pas seule ! (j’en ai la larme à l’oeil 😉 ). J’ai encore du mal à l’assumer en public (certains se moquent, la plupart sont horriblement gênés, mais après tout c’est leur problème, n’est-ce pas ?) mais j’estime que c’est une force, une forme de sensibilité qui permet de garder les émotions enfermées à l’intérieur. Tant pis si elles s’expriment un peu trop !
    Autre « défaut » que j’ai longtemps détesté : je suis très timide, j’ai du mal à aller vers les gens (mais je suis capable de faire une conférence devant 10000 personnes, va comprendre ^_^ ). Maintenant que je me connais et m’accepte mieux, je sais trouver d’autres moyens de rentrer en contact avec les autres (le web m’a sauvée !) et je me mets moins la pression…
    A bientôt

    Réponse
    • Joanne Tatham

      Le prochain mariage on le fait ensemble, Morgane ? 😉
      (pour celui de ma BFF, j’ai pleuré plus que ses deux parents réunis je crois :D)
      Ah la timidité, c’est quelque chose… J’ai réalisé avec le temps que j’étais plus introvertie que timide en fait. Je ne suis pas à l’aise dans les groupes, et je n’aime pas le small talk ! Je peux passer une soirée sans presque décrocher un mot, mais on peut aussi avoir du mal à m’arrêter si on me branche sur un sujet qui m’intéresse ! (par contre la prise de parole en public, pas encore testé… ça me fait peur mais, well… ya moyen de moyenner je pense…)

      Réponse
  6. cindy

    Comment voir ,mon côté fainéante, têtue, qui prend les choses à cœur, je suis désorganisée et je fais les choses à la dernière minute, de manière positif??

    Alors!!
    1er=Comme lily je dirais que je fais les choses à mon rythme pour le premier.
    2ème=Je ne crois pas tout ce qu’on me dit et je préfère faire mes propres erreurs plutôt qu’écouter sans savoir les conseils des autres.
    3ème=Je ne fais pas les choses à moitié et je suis entière quoi qu’il arrive. Alors oui je prends les choses à coeur mais c’est le signe que je m’implique à 100% dans les choses.
    4ème et 5ème=Au final je vais vers l’essentiel. Trop d’organisation m’empêche de respirer, je fais trop de choses qui au final n’étaient pas essentiel. Ma désorganisation me permet de faire le plus important. Bon ok!! Dans l’urgence mais s’est fait.

    Ben cela fait du bien dit donc!!!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.