fbpx

Que l’on ait ou non un objectif précis, il existe un petit détail qui fait toute la différence dans la vie quotidienne : le plaisir que l’on ressent. Moins l’on prend de plaisir dans ce que l’on fait, moins on est heureux de le faire, et plus ce sera difficile.

Peu importe que l’objectif final soit sensé apporter un grand plaisir ou qu’une perspective à moyen ou long terme puisse entrainer un soulagement, ce qui compte, c’est comment nous nous sentons maintenant. Arriver à prendre ne serait-ce qu’un peu de plaisir aujourd’hui nous évite de serrer les dents, et rend le chemin bien plus agréable et fluide.

Évidemment, le plaisir ne vient pas toujours spontanément ; il faut parfois le chercher, ou le provoquer ! L’idée, c’est d’identifier ce dans quoi on pourrait trouver un peu de plaisir, même si ce n’est pas encore le cas.

Demandez-vous ce qu’il pourrait y avoir de positif dans ce que vous faites. Qu’est-ce que cela vous permet de vivre ? Effectuer au travail des tâches répétitives qui ne mobilisent pas tous vos talents peut peut-être nous permettre de nous vider la tête, par exemple. Ou bien peut-être que préparer les cartons de votre déménagement à venir vous permet de faire le tri entre le nécessaire et l’inutile ?

Demandez-vous ce que vous pourriez faire différemment pour rendre vos journées plus agréables. Est-ce trouver un moyen de vous connecter à des collègues négatifs et d’avoir des échanges constructifs avec eux ? Est-ce travailler en musique ? Ou bien vous accorder un moment rien qu’à vous dans la journée pour souffler un peu et prendre soin de vous ?

Partez en quête de ces petits moments de plaisir, qu’ils soient actuellement juste en sourdine ou à créer entièrement. En vous concentrant sur ces moments, et en les vivant pleinement, vous créerez petit à petit une barrière anti-négativité et protégerez votre énergie.

Votre témoignage m’intéresse !

Et vous, comment faites-vous pour ajouter une dose de plaisir à votre quotidien ? 
Partagez votre expérience dans les commentaires ! 🙂

Photo : Joanne Tatham