fbpx

{Première partie ici}

Lorsque nous sommes arrivés devant la maison, je n’ai pas été particulièrement impressionnée : elle ressemblait à la photo de l’annonce, pas de surprise. Mais à l’instant où j’ai mis un pied à l’intérieur, mes yeux se sont écarquillés. Tout était si propre, si lumineux, si neuf ! A chaque pièce, je n’en revenais pas : c’était tout ce que je pouvais espérer.

Pour la première fois à l’occasion d’une visite, je n’écoutais rien. J’étais simplement envahie d’émotions positives. Je me projetais parfaitement dans cette maison. Je nous voyais très bien nous y installer. C’était une évidence.

J’avais beau être convaincue par cette maison, je me suis mise à chercher des signes. Car j’en avais demandé un. Si c’était « la bonne », j’aurai un signe clair : une étoile.

Je l’ai cherchée, confiante. J’ai refait un tour de la maison. J’ai regardé autour. Et je n’ai rien vu.

Ce n’était donc pas elle, la bonne ? 

Cet après-midi là, nous avons visité deux autres maisons qui ne lui arrivaient pas à la cheville.

En fin de journée, nous avons décidé de refaire un tour dans le village de mon coup de coeur. Dans la voiture, Julien, derrière moi, fini par dire : « Non mais c’est la première, c’est la première la meilleure »

Je n’étais pas à convaincre : j’avais été sous le charme immédiatement. A mes yeux, il n’y avait pas photo.

« Par contre, j’ai cherché les signes, ton étoile, et je n’ai rien vu… »
« Oui, je sais, j’ai cherché aussi et je n’ai rien vu non plus. »

En prononçant ces mots, j’ai levé la tête, et ça m’a sauté aux yeux : tout le long de la route menant au village, les décorations de Noël représentant des étoiles étaient enfin allumées.

C’était mon signe. Et il y en avait une abondance.

Leçon 2 : Pour voir les signes, il faut parfois voir plus loin que le bout de son nez.

« Regarde ! Si c’est pas un signe ça ! »
J’avais les larmes aux yeux.

« En même temps, on n’avait pas besoin de signe : pendant la visite elles étaient dans tes yeux, les étoiles »

Il avait vu juste. J’avais cherché du réconfort, une certitude, au travers d’un signe, alors que je connaissais déjà la réponse. J’avais juste à me faire confiance !

Leçon 3 : Parfois, je n’ai pas besoin de signes. J’ai juste à me faire confiance.

::

Si tu désires donner naissance à tes rêves, mettre en oeuvre un (ou plusieurs) projet(s) qui te tien(nen)t à coeur en confiance & fluidité,  je t’invite à  me rejoindree au sein de la nouvelle édition du Cercle.

Plus en savoir plus sur Le Cercle, rends-toi sur cette page : http://joannetatham.fr/lecercle