fbpx

Prenons la place qui nous revient.

par | 4 commentaires

Prenons la place qui nous revient

On me demande assez régulièrement pourquoi je m’adresse aux femmes en particulier.
Et je crois que je n’ai pas dit suffisamment fort une partie de ce pourquoi.

La principale raison, c’est que les femmes semblent plus attirées par mon travail que les hommes. C’est la raison que j’avance généralement, la plus simple, qui n’entraine pas de débat.

Mais ce n’est pas la plus importante à mes yeux, à mon coeur.

La raison qui m’anime de plus en plus, c’est le désir d’un monde différent. Que dis-je : la nécessité d’un monde différent.

Car aujourd’hui encore, en 2016
:: On voit encore trop d’évènements/salons/séminaires où 99% des intervenant-e-s sont des hommes.
:: On entend trop souvent que les femmes ne veulent pas s’exprimer en public, qu’elles refusent lorsqu’on leur propose d’intervenir dans ces évènements.

Je n’entrerai pas dans ce qui expliquerait ces situations (mais clairement, ça m’irrite). Peut-être une autre fois.

Non, ce que je voulais partager avec toi aujourd’hui c’est ceci :

:: Je veux vivre dans un monde meilleur.
:: Je veux vivre dans un monde où nos filles ont tout un panel de modèles féminins de réussite.
:: Je veux qu’elles grandissent en se disant qu’il est possible d’avoir de l’ambition et de réussir tout ce qu’elles désirent accomplir.
:: De prendre la place qu’elles désirent et méritent dans la société.

:: Sans essayer d’adopter à tout prix des comportements dits « masculins ».
:: Sans essayer de ressembler à ce à quoi une femme est sensée ressembler.
:: Sans avoir peur d’exprimer tout ce qu’elles sont, comme elles sont.
:: Sans avoir peur d’offrir tout ce qu’elles ont à offrir au monde, de la façon qui leur convient.

Un jour, on aura la parité. On aura même plus besoin d’en parler ! Ce sera naturel.
Bien sûr, ça avance… mais il y a encore du boulot.

Et pour que cela arrive un jour, nous ne devons pas attendre que ça nous soit offert sur un plateau d’argent – ça n’arrivera pas.
Nous devons prendre la place qui nous revient.

Et je compte bien tout faire pour t’aider dans ce sens.

Ça va être du boulot : il va falloir déconstruire ton éducation (celle de tes parents et de la société, les choses qui t’ont été dites et celles qui t’ont été sous entendues), (re)prendre ton pouvoir, gagner en confiance en toi, oser progressivement.

Mais tu sais quoi ?

:: Je crois que tu es bien plus puissante, forte et courageuse que tu ne l’imagines.
:: Je crois que si l’on veut que nos filles vivent dans un monde juste et paritaire, nous devons dès maintenant leur montrer que c’est possible, en prenant notre place, sans s’excuser d’exister, avec conviction et assurance.

:: Je crois que pour autant, nous n’avons pas besoin de calquer nos façons de faire et d’être sur les modèles existants, les modèles masculins.

:: Je crois que l’on n’a pas à se faire passer pour ce que l’on n’est pas pour réussir, que l’on n’a pas à être d’une certaine façon pour être une vraie femme ou une vraie entrepreneure, que l’on peut vouloir tout mais que ce « tout » est différent pour chacune, que la féminité est ce que l’on décide qu’elle est, qu’il nous suffit de prendre notre place.

:: Je crois que nous pouvons redéfinir les règles du jeu au lieu de chercher sans cesse à s’adapter aux règles conçues par d’autres.

Nous sommes puissantes.
Nous sommes légitimes.
La place, on ne nous la donnera pas.
A nous de la prendre.

Et d’une façon ou d’une autre, je vais t’aider à le faire.

C’est le mouvement que je m’engage à créer.

Tu es prête ?

Apaisée, Reconnectée & Inspirée

Tu entres – ou souhaites entrer – dans une nouvelle saison de ta vie/ton activité et…
Tu souhaiterais te sentir sereine, solide et alignée ?
Tu ressens le besoin d’apporter plus de calme dans ton quotidien ?
Tu aimerais te reconnecter simplement à toi-même & à tes désirs ?
Tu te sens appelée à t’appuyer sur les énergies qui t’entourent pour (re)trouver et honorer ton flow ?

…Cette Expérience en ligne a été conçue pour toi !

À propos de Joanne Tatham

À propos de Joanne Tatham

Rédactrice Web et Consultante en stratégie de contenu, Joanne aide les entreprises à augmenter leur visibilité sur les moteurs de recherche à long terme grâce à des contenus web optimisés.

Coach en Communication Digitale et en Développement Personnel, elle aide également les entrepreneures solo, créatives passionnées, artistes engagées, et accompagnantes investies à déployer leur présence en ligne et à faire face aux challenges de l’entrepreneuriat avec plus de sérénité.

Amatrice de simplicité, elle est également l’auteure du livre « J’arrête le superflu ! » (éditions Eyrolles).

Pour en savoir plus à propos de Joanne, clique ici »

 

4 Commentaires

  1. Olivier

    « Je n’entrerai pas dans ce qui expliquerait ces situations »
    Ah mais si justement, je veux savoir … ;). ça m’intéresse, sérieusement.

    Bon 99% tu exagères, quels salons ?

    En politique, en tous cas en Belgique, les partis veulent, ou doivent je ne sais pas, avoir une certaine proportion de femmes dans leurs rangs. Donc même s’il y a beaucoup + de candidats homme, on va proportionnellement sélectionner + de femmes … En forçant les choses ainsi, on arrive a la situation inverse, une femme en politique a proportionnellement + de chance d’être choisie pour représenter le parti… 😉 Mais ce n’est pas « natuel »…

    Réponse
    • Mathilde

      Hello Olivier,
      En fait, on ne favorise pas les femmes, on leur donne simplement la place qui leur revient depuis toujours.
      On sait, les hommes n’ont pas l’habitude de se faire virer de quelqu’endroit ou quelque job, et pour vous rassurer vous aimez dire que ce sont « les quota », non ce n’est pas ça, c’est juste que maintenant on commence à considérer les femmes. Fut une époque (encore valable) ou de facto on ne te prenait pas en considération car femme, donc en fait, c’était les hommes les privilégiés, car même si moins compétents, ils avaient tout de même plus de chance d’y arriver. Eh oui, la discrimination positive elle est pour vous, et depuis des siècles.
      Aussi, il faut m’expliquer en quoi c’est vraiment si horrible plus de femmes que d’hommes ? Il faut partager hein, on sait, ça non plus, vous n’avez pas l’habitude, mais je vous jure, si on a réussi à s’y faire, vous y arriverez aussi, il faut simplement essayer…

      Réponse
    • Joanne Tatham

      Olivier,

      :: Je n’entrerai pas dans cette conversation, car ce n’est ni mon rôle, ni mon désir d’éduquer sur ces questions ou de débattre. Si tu cherches un peu sur internet, tu trouveras des tas de ressources. Commence par chercher la définition de « mansplaining » 😉

      En tant que coach, je suis orientée solutions, et j’en propose une : celle de favoriser l’empowerment des femmes, pour qu’elles osent prendre leur place partout où elles ont tant à offrir.

      :: Je ne souhaite pas faire de publicité à ces évènements, mais je te garantis que 2 fois en 6 mois environ, j’ai eu connaissance d’évènements de ce type. Et je ne connais pas la majorité des évènements existants…

      :: Malheureusement, ton commentaire vient illustrer ce que les femmes subissent régulièrement lorsqu’elles prennent la parole : minimisation de leur ressenti, vécu, ou de leurs compétences… et ma foi, que l’on s’énerve ou que l’on propose sereinement une solution, il y a toujours UN homme qui aura quelque chose à redire.

      :: Si tu n’es pas prêt à faire preuve de bienveillance et à respecter la parole de la personne qui écrit sur ce blog (qui s’adresse prioritairement aux femmes), je t’invite respectueusement à trouver un site qui te correspond mieux. Sans rancune 😉

      Et je réitère : je ne souhaite pas débattre. Ce n’était pas l’objectif de cet article, ce n’est pas l’objectif de mon site.

      Merci de le respecter.

      Réponse
  2. Sacha

    Merci pour cet article, Joanne 🙂

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.