fbpx

Le premier janvier dernier débutait le Projet 333, qui consiste à ne porter que 33 vêtements et accessoires pendant 3 mois. Si j’étais confiante quant à ma capacité à “survivre” avec une garde robe aussi limitée, établir ma liste n’a pas été chose facile…

Alors, cette fameuse liste au quotidien, qu’est-ce que ça a donné ?

En vérité, ça n’a rien de compliqué

Ce premier mois n’a pas été une souffrance, loin de là. C’est l’hiver, il fait froid, et je n’ai pas particulièrement envie de “faire la belle”… mais plutôt de m’emmitoufler dans des vêtements confortables. Du coup, je m’aperçois que je pourrais porter tous les jours la même chose ou presque : jean, top ample, et gros gilet sont les éléments de mon trio gagnant !

Lorsque j’ai envie d’être un peu plus féminine, j’ai exactement ce qu’il me faut : une jupe, ou mieux, ma robe noire fétiche (et ample pour plus de confort – à laquelle je peux ajouter une ceinture si besoin/envie).

Ma liste est parfaite comme elle est, des vêtements aux chaussures, en passant par les accessoires… Je ne peux que me féliciter d’avoir fait de tels choix !

Le regard des autres

Je dois admettre que je suis aidée par ma situation professionnelle. En reconversion, je n’ai pas à voir les mêmes personnes chaque jour de la semaine. Mais lorsque l’occasion s’est présentée récemment, j’ai commencé à me rendre compte de l’importance, pour moi, du regard des autres. Ou plutôt, du regard que j’imagine être celui que l’on me porte.

C’est en réalité dans ce cas précis que je réfléchis un peu plus à ce que je vais porter le lendemain, alors que le reste du temps, je ne planifie rien.

Mon réel défi n’est pas celui que l’on croit

Non, pour moi le défi n’est pas d’avoir si peu de vêtements dans ma garde robe. Le plus dur pour moi, c’est de devoir repasser plus souvent !

Eh oui, il faut bien avouer que lorsque l’on a beaucoup de vêtements et la flemme de repasser quelque chose, il suffit d’aller piocher dans l’armoire pour trouver un top non froissé… Mais lorsque le choix est limité, on n’a que deux possibilités : porter un vêtement froissé (ce qui n’est pas bien gênant lorsque l’on reste chez soi), ou sortir le fer à repasser !

Je n’ai pas d’appréhension pour le mois à venir. Au contraire, je suis plutôt confiante. Mais le mois de mars pourrait s’avérer un peu plus complexe !

To be continued…

Photo : Joanne Tatham